Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XVII CHANT DES SONGES


Hurrah ! hurrah !
Toutes les portes sont ouvertes,
Hurrah ! Smarra
Pour nous qui sortons des eaux vertes
Et qui venons du hallier noir !

Les hommes agitent les glaives,
Le fouet, la chaîne, l’encensoir ;
Nous, nous courons le long des grèves
Et nous sommes les oiseaux rêves.

Hurrah ! hurrah !
Toutes les portes sont ouvertes,
Hurrah ! Smarra !
Pour nous qui sortons des eaux vertes
Et qui venons du hallier noir !

Qu’on s’enferme ! qu’on se séquestre !
Fermez la ville, et venez voir.
Nous sommes dans la salle équestre
Assis au fauteuil du bourgmestre !

Hurrah ! hurrah !
Toutes les portes sont ouvertes,
Hurrah ! Smarra !
Pour nous qui sortons des eaux vertes
Et qui venons du hallier noir !