Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Virgile, en ce beau mois, je sens moins les douleurs;
Par la nature et toi mon âme dort bercée;
J'ai devant ma fenêtre un jardin plein de fleurs,
Et ton doux livre ouvert sous l'oeil de ma pensée.

22 mai 1847.