Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XLVI L'enfant est très petit


L'enfant est très petit et l'aïeul est très vieux.
L'insulteur ne craint rien. Comme un ciel pluvieux
Verse l'ondée aux bois que l'orage secoue,
Cette main de vieillard a sur plus d'une joue
Autrefois élargi les sonores soufflets.
Mais à présent-les longs exils, le ciel anglais,
Et soixante-treize ans ont refroidi cet homme;
Calme, il dédaigne. A peine il sait comment se nomme
L'insulteur, pour avoir, lorsque juillet brilla,
Jadis aidé quelqu'un qui portait ce nom-là'26.
Rien de plus. Et qu'importe un jéune drôle immonde?
Qu'est-ce que cela fait qu'un laquais soit aù monde?
Qu'est-ce qu'un jappement de plus dans le chenil?
Qu'importe au sphinx rêveur dans les roseaux du Nil
Le glissemént sinistre et vague d'un reptile?
Les gueux peuvent sans peur faire aboyer leur style.
Voir passer un vieillard que le deuil accabla,
La bravoure du lâche est faite de cela.
Nul damer. Le gredin est à son aise infâme;
Il se répete, afin d'encourager son âme
Où beaucoup de prudence a l'audace aboutit,
Que l'aïeul est bien vieux et l'enfant bien petit.

31 mars 1875.

XLVII Je suis enragé.