Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


?

Cette ville est celle
Qui commande ici ;
Le vin y ruisselle,
Et le sang aussi.

Cette citadelle
Sur cet- horizon
Règne, et n’est fidèle
Qu’à la trahison.

Ce burg où l’on monte
Luit dans la vapeur.
Le mont en a honte,
Et l’arbre en a peur ;

Car ces tours damnées,
Hostiles aux cieux,
Sont les cheminées
D’un feu monstrueux.

Vois sur la colline,
Sous les lourds barreaux,
La lueur féline
De leurs soupiraux.

Une flamme noire
Où l’honneur, les lois,
La vertu, la gloire,
Brûlent à la fois,

Dans cette bastille,
Peuple ! aux yeux de tous,
Flamboie et pétille ;
La cendre ; c’est vous.