Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/486

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Sinistre et du manteau des siècles revêtue ?
Qui donc ainsi t’adosse, ô fragile statue,
A l’obélisque empreint du doigt de Sésostris ?
La pluie âpre et chassant les feuillages flétris,
Inonde le quai morne et les Champs Élysées,
Et ce pavé, témoin des royautés brisées ;
Que viens-tu faire, à. l’heure où l’automne finit,
Spectre de plâtre au pied du géant de granit ?

12 novembre 1848.

CXLVIII L’excès de la pitié