Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome II.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
260
NOTRE-DAME DE PARIS.

— Si je nie ! dit-elle d’un accent terrible, et elle s’était levée et son œil étincelait.

Le président continua carrément : — Alors comment expliquez-vous les faits à votre charge ?

Elle répondit d’une voix entrecoupée :

— Je l’ai déjà dit. Je ne sais pas. C’est un prêtre. Un prêtre que je ne connais pas. Un prêtre infernal qui me poursuit !

— C’est cela, reprit le juge. Le moine bourru.

— Ô messeigneurs ! ayez pitié ! je ne suis qu’une pauvre fille…

— D’Égypte, dit le juge.

Maître Jacques Charmolue prit la parole avec douceur :

— Attendu l’obstination douloureuse de l’accusée, je requiers l’application de la question.

— Accordé, dit le président.

La malheureuse frémit de tout son corps. Elle se leva pourtant à l’ordre des pertuisaniers, et marcha d’un pas assez ferme, précédée de Charmolue et des prêtres de l’officialité, entre deux rangs de hallebardes, vers une porte bâtarde qui s’ouvrit subitement et se referma sur elle, ce qui fit au triste Gringoire l’effet d’une gueule horrible qui venait de la dévorer.

Quand elle disparut, on entendit un bêlement plaintif. C’était la petite chèvre qui pleurait.

L’audience fut suspendue. Un conseiller ayant fait observer que messieurs étaient fatigués et que ce serait bien long d’attendre jusqu’à la fin de la torture, le président répondit qu’un magistrat doit savoir se sacrifier à son devoir.

— La fâcheuse et déplaisante drôlesse, dit un vieux juge, qui se fait donner la question quand on n’a pas soupé !