Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome II.djvu/451

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


RELIQUAT
de
NOTRE-DAME DE PARIS.



Victor Hugo a laissé, pour un certain nombre de ses ouvrages, des dossiers sur lesquels il a écrit le mot Reliquat. Il y a le Reliquat de Ruy Blas, le Reliquat des Misérables, etc. Ce sont des notes, des jalons, des citations, des indications de sources, et enfin des pages inédites, vers ou prose, variantes, chapitres, scènes, passages qui ont pu sembler des redites, développements qui faisaient longueur. On comprend quel intérêt il y avait à recueillir ces sortes de copeaux du travail, précieux souvent, curieux toujours.

Le « Reliquat » de Notre-Dame de Paris est un des plus abondants.

Il contient d’abord un document d’une valeur littéraire inappréciable : c’est le scénario de Notre-Dame de Paris.

Il faudrait dire les scénarios, car ce scénario est double. Le plan primitif est écrit sur une grande feuille, avec une forte marge réservée, et sur cette marge se lisent les parties neuves ajoutées dans un second travail.

Le premier canevas, d’une encre blanchie et passée, doit dater de 1828.

Le personnage de Phœbus n’y existe pas ; son nom ne s’y trouve pas une seule fois, si ce n’est écrit, postérieurement, dans une scène entre l’archidiacre et Gringoire. L’amour de l’archidiacre et de Quasimodo est tout le drame. Le procès que Claude Frollo fait intenter à la Esmeralda est un simple procès en sorcellerie. Gringoire, la recluse et les truands y ont la même action que dans le livre, ainsi que Louis XI, qui, seulement, ne réside pas à la Bastille, mais à Plessis-lez-Tours. Rien de changé non plus au siège de Notre-Dame et au tragique dénouement, mais ici le pauvre Gringoire, qui se substitue à la Esmeralda dans la cage de fer où elle est enfermée, est bellement pendu avec la chèvre.

La partie nouvelle du scénario ajoutée en marge l’a été probablement en 1830, lorsque Victor Hugo, après une interruption de dix-huit mois, se remit à son roman. Le personnage de Phœbus introduit dans le drame lui donne alors toute son ampleur. Cependant le logis Gondelaurier et la figure de Fleur-de-Lys n’y sont pas indiqués. En revanche, la scène sublime du pilori est déjà trouvée. Phœbus n’est pas assassiné par le prêtre dans les mêmes circonstances.

Il faut noter ici une particularité curieuse : un de ces nouveaux épisodes a été, au cours de son travail, supprimé par le poète dans le roman, mais il le reprendra