Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome IX.djvu/379

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quand le roi ou les princes allaient à Notre-Dame pour un Te Deum quelconque, ils prenaient par le plus long et passaient par le quai des Orfèvres, parce qu’autrement et par le chemin direct il aurait fallu passer devant le Petit-Châtelet, et délivrer quelques prisonniers pour dettes, ce qui aurait coûté.


Le roi Louis XV partait en chasse le vendredi, Louis XIV jamais.


Le jour où sa petite fille âgée de 4 ans, Louise-Marie, meurt, Louis XV, qui jouait aux petits paquets, à la banque-faillite, le jeu à la mode, ne s’interrompit pas et continua son enjeu. — On ne portait le deuil des filles de France que lorsqu’elles avaient sept ans.


Le parlement va à Compiègne avec un discours écrit, prévoyant que le roi ne lui permettrait pas de parler. Le roi dit : — Je suis mécontent de vous. Le premier président ouvre la bouche : — Sire… — Taisez-vous, dit le roi. L’abbé Pucelle, conseiller de grand’chambre, s’avance et présente le discours écrit. Le roi dit à M. de Maurepas : Déchirez.

L’abbé Pucelle exilé à Corbigny. — Titon conduit à Vincennes. Puis à Ham.


En 1656, les chirurgiens-barbiers, exerçant la « barberie », furent réunis au corps des chirurgiens de robe longue, ce qui plaça les chirurgiens au-dessous des médecins, infériorité constatée par un écu d’or que le corps chirurgical offrait tous les ans au corps médical.

Cependant La Peyronie, premier chirurgien du roi, étant supérieur à Chicoisneau, premier médecin du roi, les chirurgiens reprirent vers 1743 avantage sur les médecins. Jusqu’alors les chirurgiens avaient été en boutique. À partir de 1743 ils furent maîtres-ès-arts.


En 1725, introduction des francs-maçons en France par des anglais (lord Derventwater) free maçons. Le Grand Orient a été fondé en 1773.


Le roi désire une parure de 250 000 livres. Le garde des sceaux fait vendre la cuirasse donnée par Soliman à François Ier et damasquinée avec diamants. La cuirasse est vendue 600 000 francs. Le roi a sa parure 250 000 de francs et le garde des sceaux Chauvelin s’adjuge le reste.