Page:Hugo - La Fin de Satan, 1886.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée





II

La chute du damné recommença. — Terrible,
Sombre, et percé de trous lumineux comme un crible,
Le ciel plein de soleils s’éloignait, la clarté
Tremblait, et dans la nuit le grand précipité,
Nu, sinistre, et tiré par le poids de son crime,
Tombait, et, comme un coin, sa tête ouvrait l’abîme.
Plus bas ! plus bas ! toujours plus bas ! Tout à présent
Le fuyait ; pas d’obstacle à saisir en passant,
Pas un mont, pas un roc croulant, pas une pierre,
Rien, l’ombre! et d’épouvante il ferma sa paupière.

Et quand il la rouvrit, trois soleils seulement
Brillaient, et l’ombre avait rongé le firmament;
Tous les autres soleils étaient morts.


III

                                               Une roche
Sortait du noir brouillard comme un bras qui s’approche.