Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Peuple, et vous l’admirez, sans vous apercevoir
Qu’éclatant au dehors, au dedans il est noir.
A de certains moments savez-vous ce qu’il souffre
Quant un vague réveil lui laisse voir son gouffre ?
Vous l’enviez de loin, mais la surface ment.
La douleur est au fond de son rayonnement ;
Vous sentez la chaleur, mais il sent la brûlure.

L’heure en frappant lui fait au crâne une fêlure.
Il porte le pouvoir comme un bœuf le licou.

                                  *

Ayez-vous médité sur le tzar de Moscou ?
Avez-vous médité sur l’empereur de Rome ?
Chiffre obscur ! zéro noir qui du monde est la somme !
Avez-vous médité sur l’horreur du sultan ?