Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il surveillait l’endroit où l'âtre ardent se creuse,
Il venait ajouter de l’huile et de la poix,
Il apportait, suant et geignant sous le poids,
Une charge de bois à l’horrible fournaise ;
Sous l’œil haineux du peuple il remuait la braise,
Abject, las, réprouvé, blasphémé, blasphémant ;
Et Jean Huss, par le feu léché lugubrement,
Leva les yeux au ciel et murmura : Pauvre homme !