Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Le philosophe amer, que lé fait implacable
Obsède, et que l’histoire inexorable accable,
Triste d’avoir toujours devant son œil pensif
Les mêmes flots brisés sur le même récif,
Indigné, devenu dur et farouche à force
De voir avec le droit la loi faire divorce,
Et triompher l’épée et la hache, et le mal
Retomber sur le front sacré de l’idéal,
Perd patience et dit :
                                      « ― La couronne est un crime ;
« Toute la royauté n’est qu’un lugubre abîme ;
«