Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Le meurtre ténébreux est fait pour s’étoiler
De sequins rayonnants, de doublons et de piastres ;
C’est aux abîmes noirs qu’appartiennent les astres.