Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/374

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - XIV OÙ UN AGENT DE POLICE DONNE DEUX COUPS DE POING À UN AVOCAT.png
XIV


OÙ UN AGENT DE POLICE DONNE DEUX COUPS
DE POING À UN AVOCAT


Arrivé au numéro 14 de la rue de Pontoise, il monta au premier et demanda le commissaire de police.

— Monsieur le commissaire de police n’y est pas, dit un garçon de bureau quelconque ; mais il y a un inspecteur qui le remplace. Voulez-vous lui parler ? est-ce pressé ?

— Oui, dit Marius.

Le garçon de bureau l’introduisit dans le cabinet du