Page:Hugo - Les Misérables Tome II (1890).djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome II (1890) - X QUI CHERCHE LE MIEUX PEUT TROUVER LE PIRE.png
X


QUI CHERCHE LE MIEUX PEUT TROUVER LE PIRE


La Thénardier, selon son habitude, avait laissé faire son mari. Elle s’attendait à de grands événements. Quand l’homme et Cosette furent partis, le Thénardier laissa écouler un grand quart d’heure, puis il la prit à part et lui montra les quinze cents francs.

— Que ça ! dit-elle.

C’était la première fois, depuis le commencement de leur ménage, qu’elle osait critiquer un acte du maître.