Page:Hugo - Les Misérables Tome II (1890).djvu/463

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome II (1890) - V IL NE SUFFIT PAS D’ÊTRE IVROGNE POUR ÊTRE IMMORTEL.png
V


IL NE SUFFIT PAS D’ÊTRE IVROGNE
POUR ÊTRE IMMORTEL


Le lendemain, comme le soleil déclinait, les allants et venants fort clairsemés du boulevard du Maine ôtaient leur chapeau au passage d’un corbillard vieux modèle, orné de têtes de mort, de tibias et de larmes. Dans ce corbillard il y avait un cercueil couvert d’un drap blanc sur lequel s’étalait une vaste croix noire, pareille à une grande morte dont les bras pendent. Un carrosse drapé, où l’on apercevait un prêtre