Page:Hugo - Les Misérables Tome IV (1890).djvu/493

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Hugo - Les Misérables Tome IV (1890) - IV ESSAI DE CONSOLATION SUR LA VEUVE HUCHELOUP.png


IV

ESSAI DE CONSOLATION SUR LA VEUVE HUCHELOUP



Bahorel, extasié de la barricade, criait :

— Voilà la rue décolletée ! comme cela fait bien !

Courfeyrac, tout en démolissant un peu le cabaret, cherchait à consoler la veuve cabaretière.

— Mère Hucheloup, ne vous plaigniez-vous pas l’autre jour qu’on vous avait signifié procès-verbal et mis en contravention parce que Gibelotte avait secoué un tapis de lit par votre fenêtre ?