Page:Hugo - Les Misérables Tome I (1890).djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Hugo - Les Misérables Tome I (1890) - III SOMMES DÉPOSÉES CHEZ LAFFITE.png

III

SOMMES DÉPOSÉES CHEZ LAFFITTE


Du reste, il était demeuré aussi simple que le premier jour. Il avait les cheveux gris, l’œil sérieux, le teint hâlé d’un ouvrier, le visage pensif d’un philosophe. Il portait habituellement un chapeau à bords larges et une longue redingote de gros drap, boutonnée jusqu’au menton. Il remplissait ses fonctions de maire, mais hors de là il vivait solitaire. Il parlait à peu de monde, Il se dérobait aux politesses, saluait de côté, s’esquivait vite, souriait