Page:Hugo - Les Misérables Tome I (1890).djvu/521

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Hugo - Les Misérables Tome I (1890) - I DANS QUEL MIROIR M. MADELAINE REGARDE SES CHEVEUX.png

I

DANS QUEL MIROIR M. MADELEINE REGARDE SES CHEVEUX


Le jour commençait à poindre, Fantine avait eu une nuit de fièvre et d’insomnie, pleine d’ailleurs d’images heureuses ; au matin, elle s’endormit. La sœur Simplice, qui l’avait veillée, profita de ce sommeil pour aller préparer une nouvelle potion de quinquina. La digne sœur était depuis quelques instants dans le laboratoire de l’infirmerie, penchée sur ses drogues et sur ses fioles et regardant de très près à