Page:Hugo - Les Misérables Tome V (1890).djvu/503

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome V (1890) - V NUIT DERRIÈRE LAQUELLE IL Y A LE JOUR.png
V


NUIT DERRIÈRE LAQUELLE IL Y A LE JOUR


Au coup qu’il entendit frapper à sa porte, Jean Valjean se retourna.

— Entrez, dit-il faiblement.

La porte s’ouvrit. Cosette et Marius parurent.

Cosette se précipita dans la chambre.

Marius resta sur le seuil, debout, appuyé contre le montant de la porte.

— Cosette ! dit Jean Valjean, et il se dressa sur sa chaise,