Page:Hugo Hernani 1889.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
HERNANI.

Et qu’il eût, dégradant leur noblesse usurpée,
Souffleté leur blason du plat de son épée !
Voilà ce que feraient, j’y songe avec ennui,
Les hommes d’autrefois aux hommes d’aujourd’hui.
Qu’êtes-vous venus faire ici ? C’est donc à dire
Que je ne suis qu’un vieux dont les jeunes vont rire !
On va rire de moi, soldat de Zamora ?
Et quand je passerai, tête blanche, on rira ?
Ce n’est pas vous du moins qui rirez !

hernani.
Duc...
don ruy gomez.

Silence !
Quoi ! Vous avez l’épée, et la bague, et la lance,
La chasse, les festins, les meutes, les faucons,
Les chansons à chanter le soir sous les balcons,
Les plumes au chapeau, les casaques de soie,
Les bals, les carrousels, la jeunesse, la joie,
Enfants, l’ennui vous gagne ! à tout prix, au hasard,
Il vous faut un hochet : vous prenez un vieillard !
Ah ! Vous l’avez brisé, le hochet ![1] mais Dieu fasse
Qu’il vous puisse en éclats rejaillir à la face !
Suivez-moi !

hernani.
Seigneur duc...
don ruy gomez.

Suivez-moi! Suivez-moi !
Messieurs, avons-nous fait cela pour rire ? Quoi !
Un trésor est chez moi ; c’est l’honneur d’une fille,
D’une femme, l’honneur de toute une famille ;
Cette fille, je l’aime, elle est ma nièce, et doit
Bientôt changer sa bague à l’anneau de mon doigt ;
Je la crois chaste et pure, et sacrée à tout homme,

  1. Dans d’autres éditions, le texte est :
    ... le hochet !
    hernani.


    Excellence !
    don ruy gomez.

    Qui donc ose parler, lorsque j’ai dit : silence !
    hernani.

    Seigneur duc...
    don ruy gomez.


    Cavaliers ! Suivez-moi ! Suivez-moi !