Page:Hugo Hernani 1889.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
HERNANI.
don carlos, gravement.

Oui, Carlos. Seigneur duc, es-tu donc insensé ?
Mon aïeul l’empereur est mort, je ne le sai
Que de ce soir. Je viens, tout en hâte, et moi-même,
Dire la chose à toi, féal sujet que j’aime,
Te demander conseil, incognito, la nuit,
Et l’affaire est bien simple, et voilà bien du bruit !

Don Ruy Gomez renvoie ses gens d’un signe. Il examine don Carlos, que doña Sol regarde avec crainte et surprise, et sur lequel Hernani, demeuré dans un coin, fixe des yeux étincelants.
don ruy gomez.

Mais pourquoi tarder tant à m’ouvrir cette porte?

don carlos.

Belle raison ! Tu viens avec toute une escorte !
Quand un secret d’état m’amène en ton palais,
Duc, est-ce pour l’aller dire à tous tes valets ?

don ruy gomez.

Altesse, pardonnez, l’apparence...

don carlos.

Bon père,
Je t’ai fait gouverneur du château de Figuère ;
Mais qui dois-je à présent faire ton gouverneur ?

don ruy gomez.

Pardonnez...

don carlos.

Il suffit. N’en parlons plus, seigneur.
Donc l’empereur est mort.

don ruy gomez.

L’aïeul de votre altesse
Est mort ?