Page:Hugo Rhin Hetzel tome 1.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE VII


LES BORDS DE LA MEUSE. — HUY. — LIÈGE


Les beaux arbres et les beaux rochers. — Louange à Dieu, blâme à l’homme. — Sanson. — Audennes. — Le voyageur donne un sage conseil à M. le curé de Selayen. — Huy. — Coin de terre curieux où l’on récolte du vin belge fait avec du raisin. — Aspect du pays. — Tableaux flamands. — Approches de Liège. — Figure extraordinaire et effrayante que prend le paysage à la nuit tombée. — Ce que l’auteur voit eût semblé à Virgile le Tartare et à Dante l’Enfer. — Liège. — Ville qui ne ressemble à aucune autre. — Il y a des gens qui y lisent le Constitutionnel. — Les églises. — Saint-Paul. Saint-Jean. Saint-Hubert. Saint-Denis. — Le palais des princes-évêques. — Admirable cour. — Maison de justice, marché et prison. — Le bourgeois voltairien a trop d’esprit ; le bourgeois utilitaire est trop bête. — Estampes en l’honneur des alliés de 1814. — Désastre de notre grammaire et massacre de notre orthographe.


Liège, 4 août.


Le chemin de Liège s’éloigne de Namur par une allée de magnifiques arbres. Les immenses feuillages font de leur mieux pour cacher au voyageur les maussades clochers de la ville, lesquels apparaissent de loin comme un gigan-