Page:Hume - Œuvres philosophiques, tome 4, 1788.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
7
sur les Passions.

tant la quantité de l’un des deux, on trouve une diminution ou une augmentation proportionnelle dans le composé ?

5. Il y a deux sortes de probabilités : la premiere a lieu lorsque la chose est incertaine en elle-même, & n’attend sa détermination que du hasard : la seconde, lorsque la chose déjà déterminée, n’est incertaine que relativement à notre esprit, qui voit un grand nombre de preuves & de présomptions en faveur du pour & du contre. Comme ces deux genres de probabilité produisent également la crainte & l’espérance, il faut que ces passions résultent de ce qu’il y a de commun entre eux, je veux dire de l’incertitude & de l’état flottant qui naît des vues contraires que l’un & l’autre présente également.

6. Communément c’est le bien ou le mal probable qui cause l’espérance & la crainte ; comme la probabilité nous présente les objets dans un état vague & inconstant, il est naturel que le mélange de passions qui en naît se ressente de cet état : cependant ce même mélange peut résulter d’autres causes :