Page:Huot - Le trésor de Bigot, 1926.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’est pas destinée à être corrigée.
66
LE TRÉSOR DE BIGOT

66 LA VIE CANADIENNE SERVICES Coupures des journaux sur tous les sujets Renseignements et docutation Préparation de Conférences, Discours, Lettres, etc. Traductions Anglaises et Françaises Publicité générale Publicité Directe Plus amples détails sur demande L’Argus de la Presse Internationale Sous la Direction de RAOUL RENAULT, Journaliste et Publiciste 552-554, Première Avenue, - QUEBEC LA VIERGE D’IVOIRE (Suite de la page 64) perceptiblement et demanda dans un souffle épuisé : — Maman... je voudrais bien avoir ma Vierge d’ivoire ! — Mme Roussel se pencha sur sa fille et, pleurant encore, répondit : — Tu l’as perdue, ma pauvre enfant ! — Je sais, je sais... murmura Lysiane avec une sorte d’impatience. Mais si on la cherchait... M. Roussel regardait sa femme sans comprendre. Elle lui expliqua : — Elle parle de cette petite statuette en ivoire que lui avait donnée un jour, comme talisman, la supérieure du pensionnat. C’est un objet unique en son genre. Te rappelles-tu ? — Oui, je me souviens. Lysiane me l’a montrée une fois. Mais j’ignorais qu’elle l’eût perdue. — Elle l’a perdue justement quelques jours avant sa maladie, au mois d’octobre dernier. Est-ce vrai, chérie ? — Oui, c’est en revenant de Notre-Dame où j’étais allée faire une visite. — Tu voudrais la ravoir ? demanda M. Roussel. — Oui.... il me semble que je mourrais mieux en paix ! — Mais il y a longtemps, on a dû la ramasser .... Pourquoi ne m’as-tu pas dit cela plus tôt ? — J’étais déjà malade, je ne savais pas que je l’avais perdue.... — Elle m’a confié cette perte longtemps après, dit Mme Roussel. La jeune fille avait Tepris son immobilité de l’instant d’avant. Seulement sa respiration était plus accentuée, presque rauque, comme si l’effort qu’elle avait fait pour parler l’eût très fatiguée. — Sais-tu ce que je ferais, mon ami ? murmura Mme Roussel. — Parle, Laure, je suivrai ton conseil. — Je mettrai un avis dans les journaux. — Mais si Lysiane doit mourir ? — Qui sait ?.... Elle peut vivre encore plusieurs jours.... — Soit. Demain je ferai mettre l’avis dans tous les grands journaux de la ville.