Page:Huret - Enquête sur l’évolution littéraire, 1891.djvu/470

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

raconte qu’une autre comtesse qui demeure dans les environs de la gare Saint-Lazare, et très suspecte de bas-bleuisme, hélas ! le comptait parmi ses fidèles.

Maintenant, que les poésies déclamées par M. Tailhade aient eu quelques succès dans ce milieu, je n’oserais l’affirmer. Mais ce n’est pas une raison pour mépriser les malheureux poètes dont les vers ont eu un sort différent.

Veuillez agréer, monsieur, l’assurance de mes sentiments

Jean Rameau.




Voir page 236.


lettre de m. gustave geffroy


J’ai reçu de M. Gustave Geflroy, un mot, dans lequel il est dit :

Voulez-vous mettre à sa place le nom d’Alphonse Daudet, prononcé par moi avec les noms des initiateurs du roman de ce temps ? Daudet, est, dans ma vie, un haut talent que j’admire et une grande amitié dont je suis fier.


FIN