Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


égal à l’angle d’incidence. Car les triangles A C B, R N A étant rectangles, et ayant le côté A B commun, et le côté C B égal à N A, il s’ensuit que les angles opposés à ces côtés seront égaux, et partant aussi les angles C B A, N A B. Mais comme C B, perpendiculaire à C A, marque la direction du rayonFigure 9 : Réflexion spéculaire de la lumière, expliquée par le principe de Huygens.
Fig. 9.
incident ; ainsi A N, perpendiculaire à l’onde B N, marque la direction du rayon réfléchi ; donc ces rayons sont également inclinés sur le plan A B (Fig. 9).

Mais en considérant la démonstration précédente, l’on pourrait dire qu’il est bien vrai que B N est la tangente commune des ondes circulaires dans le plan de cette figure ; mais que ces ondes, étant dans la vérité sphériques, ont encore une infinité de pareilles tangentes, savoir toutes les lignes droites qui du point B sont menées dans la surface du cône engendré par la droite B N autour de l’axe B A.