Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


est venue successivement en B N, il ne faut que dans la même figure tirer les droites K O parallèles à B N, et toutes les K L parallèles à A C. Ainsi l’on verra que l’onde C A, de droite est devenue brisée dans toutes les L K 0 successivement, et qu’elle est redevenue droite en B N. Ce qui étant évident par ce qui a déjà été montré, il n’est pas besoin de l’éclaircir davantage.

Figure 13 : Réfraction d’une onde lumineuse plane, expliquée par le principe de Huygens.
Fig. 13.

Or dans la même figure, si on mène E A F (Fig. 13), qui coupe le plan A B à angles droits au point A, et que A D soit perpendiculaire à l’onde A C, ce sera D A qui marquera le rayon de lumière incident, et A N, qui était perpendiculaire à B N, le rayon rompu : puisque les rayons ne sont autre chose que les lignes droites suivant lesquelles les parties des ondes s’étendent.

D’où il est aisé de reconnaître cette principale propriété des réfractions, savoir que le sinus de l’angle D A E, a toujours une même raison au sinus