Page:Ibn Khaldoun - Histoire des Berbères, trad. Slane, tome 1.djvu/326

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui les porta au premier rang parmi les nations, les actions par lesquelles ils méritèrent les louanges de l'univers, bravoure et promptitude à défendre leurs hôtes et clients, fidélité aux promesses, aux engagements et aux traités, patience dans l'adversité, fermeté dans les grandes afflictions, douceur de caractère, indulgence pour les défauts d'autrui, éloignement pour la vengeance, bonté pour les malheureux, respect pour les vieillards et les hommes dévots , empressement à soulager les infortunés, industrie, hospitalité, charité, magnanimité , haine de l'oppression , valeur déployée contre les empires qui les menaçaient, victoires remportées sur les princes de la terre, dévouement à la cause de Dieu et de sa religion ; voilà, pour les Berbères, une foule de titres à une haute illustration, titres hérités de leurs pères et dont l'exposition , mise par écrit , aurait pu servir d'exemple aux nations à venir. Que l'on se rappelle seulement les belles qualités qui les portèrent au faite de la gloire et les élevèrent jusqu'aux hauteurs de la domination, de sorte que le pays entier leur fut soumis et que leurs ordres rencontrèrent partout une prompte obéissance. Parmi les plus illustres Berbères de la première race, citons d'abord Bologguîn-Ibn-Zîri le sanhadjien qui gouverna l'Ifrîkïa au nom des Fatemides; nommons ensuite Mohammed-Ibn-Khazer et son fils El-Kheir , Arouba-Ibn-Youçof- el-Ketami , cham pion de la cause d'Obeid - Allah -es-Chîi , Youçof-Ibn-Tachefîn, roi des Lemtonna du Maghreb, et Abd-el-Moumen-Ibn-Ali, grand cheikh des Almohades et disciple de l'imam El-Mehdi.

Parmi les Berbères de la seconde race on voit figurer plusieurs chefs éminents qui, emportés par une noble ambition, réussirent à fonder des empires et à conquérir le Maghreb central et le Maghreb el-Acsa. D'abord, Yacoub-Ibn-Abd-el-Hack, sultan des Beni-Merîn ; puis , Yaghmoracen-Ibn-Zîan , sultan des Beni-Abd-el-Ouad; ensuite, Mohammed-Ibn-Abd-el-Caouï-Ibn-Ouzmar , [1] chef des Beni-Toudjîn. Ajoutons à cette liste le nom de

  1. Dans le chapitre qui traite des Beni-Toudjin ce Ouzmar paraît être désigne par le nom de Dailitcn.