Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




DOUTE



Amie aux grands yeux doux mon âme vous appelle !
Le vent souffle ce soir, capricieux et lourd ;
Le vent souffle, et sa voix gémissante et rebelle
Réveille dans mon cœur l’écho plaintif et sourd…
Amis aux grands yeux doux, mon âme vous appelle !

Je rêve tristement, assise entre mes fleurs.
L’aile de l’ouragan fouette ma fenêtre,
Le ciel pleure… ah ! ces pleurs, ces lamentables pleurs
Qu’ils font mal aux pensers, aux profondeurs de l’être !
… Je rêve tristement, assise entre mes fleurs.