Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.







Beyrouth. Arrivée ce matin.

Bateau : russe, mal cloué, immense, vieux, asthmatique.

Capitaine : gros, petit, teint brun, yeux bleus, air bête, parole fréquente.

Piano : désaccordé, rouillé, nasillard… plein d’eau.

Compagnons de voyage : insignifiants.

Mal de mer.

Toutes les excellentes raisons pour garder la cabine et le lit.

Halte d’une longue journée de 18 heures à Jaffa. Mer à peine ridée et superbe. J’ai revu la côte verte et gracieuse, et, remontant quelques années dans mes souvenirs, j’ai retrouvé la petite enfant que j’étais, voyageant sur mer pour la première fois, et éprouvant une de ces exquises sensations que jamais l’on n’oublie. Que de crépuscules et que de soirées passées sur la