Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’Empereur avait baissé la tête. Il songeait.

Enfin il eut un geste. On eût pu croire qu’il essuyait une larme ; puis d’une voix profonde :

— Celle-là avait l’âme d’une impératrice.

Et brusquement :

— Partons.