Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/401

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Laissez-moi tomber avec ma Garde.

— Non, Sire, vous n’en avez pas le droit. Les ennemis ne sont-ils pas assez heureux déjà [1].

C’est à ce moment qu’Espérat, Marc Vidal, Lucile débouchent en face de celui de la tête de qui tombe la couronne.

L’homme suscité et l’enfant se retrouvent en présence pour la dernière fois.

Ils se regardent, se reconnaissent. Toute leur âme passe dans leurs yeux. Désespoir, dévouement jaillissent de leurs âmes en répliques ardentes :

  1. Paroles prononcées par le maréchal Soult.