Page:Jammes - La Noël de mes enfants, 1919.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PROLOGUE

⚪⚪⚪⚪



Je vous présente les six enfants du poète. Et leur mère n’est pas morte ! N’allez donc pas colporter, à gauche et à droite, que la femme qui a de nombreux enfants devient tuberculeuse et meurt plus tôt que les femmes qui n’en ont point, ou seulement un ou deux. C’est une menterie, un « prétéqueuseuteu », comme eût prononcé la cuisinière de mon grand-père.