Page:Jammes - La Noël de mes enfants, 1919.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


chambre aux volets un peu disjoints. Les deux aînées, Bernadette et Neuillon, ne sont pas encore rentrées du « Pensionnat Jeanne d’Arc ». Dans le sentier longeant la terrasse passe d’abord Carrère le berger qui ramène du pâturage ses brebis. L’âne suit le troupeau.

Viennent ensuite, montés sur leurs lourds chevaux, trois gendarmes bonifaces et solennels dont voici les noms (que je pourrais bien me dispenser de transcrire), mais enfin : Gabarret, Humérus et Fraison.


peupeu,
penché sur la terrasse, regarde défiler le berger et les bêtes et pense à part soi :

Le berger et l’âne vont trouver le Petit Jésus puisque maman l’a dit. Il n’y a pas de bœuf. Je pense qu’il est déjà passé.