Page:Jammes - Vers, 1892.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Pour Virginie


À Émile Pétriat.


Ce livre est simple et pur comme l’eau d’un torrent.
Si des gens, devant toi, le trouvent ridicule
Parce qu’il a servi de sujet de pendule :
N’écoute que ton âme et dis qu’elle comprend.

Songe que des vieillards le lurent en pleurant,
Et vois-y que l’amour, frêle ainsi qu’une bulle,
A le vol plus léger qu’un vol de libellule,
Et que nous naviguons à bord d’un Saint-Géran.

Songe aux vieux bâtiments ornés de galeries
Qui s’en allaient jadis aux lointaines patries.
Songe que tu pourrais avoir ce rêve encor :

Aller, en descendant le Morne, aux Pamplemousses,
Et revenir, la nuit, sous un tiède ciel d’or,
Laissant tes pieds neiger sur la fraîcheur des mousses.


1891.

Francis JAMMES.


_______________