Page:Janin - Les catacombes, tome 4.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
61
de madame prevost.

jusqu’à ce qu’il se fût perdu dans la cour du Palais-Royal.

— Je vais lui en donner pour son argent, me dit-elle.

En même temps, de deux bouquets de pacotille, jetés au hasard dans sa corbeille, elle ne faisait qu’un seul bouquet ; et encore y ajoutait-elle une immense tubéreuse à grosses feuilles.

— Mais, lui dis-je, vous voulez asphyxier cette pauvre dame !

— Je veux, répondit Mme Prevost, préserver cette femme des poursuites d’un sot et d’un impertinent. Soyez tranquille : pour peu que cette femme ait, je ne dis pas un cœur, mais des nerfs, elle jettera le bouquet par la fenêtre et elle mettra à la porte celui qui l’envoie. Quel rustre ! s’attaquer à madame de Melcy, une petite femme pâle et frêle, et si mignonne !

— Portez ce bouquet, dit-elle à un commissionnaire, avec la carte de ce monsieur (ce