Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
92
CONTES D’HIER

tribune, et s’assit là, au milieu des petites filles en liesse ; il leur conta des histoires, leur fit des mots, leur apprit des charades et des énigmes. Il leur chanta même un bout de chanson comique, et se montra d’une adresse incomparable dans l’exercice de la magie… blanche, bien entendu. Deux des grandes allèrent chercher, l’une son violon, l’autre sa mandoline… La bonne veillée ! Moins bruyantes que leurs élèves, les religieuses n’en souriaient pas moins à toute cette joie, et se disaient : « Comme on a bien choisi notre Aumônier ! C’est qu’il a vraiment l’air de s’amuser avec les enfants ».

Cependant, il est une chose qui ne leur échappa nullement, quoiqu’elles aient fait mine de l’oublier ensuite ; par instants, sans causes apparentes, M. l’Aumônier se mettait à sourire, de ce sourire particulier qu’ont ceux dont l’esprit est très loin et une gaieté profonde, mystérieuse brillait dans ses yeux jusqu’à ce que, tout à coup, il revînt à lui-même. La première fois, cela lui était arrivé au moment où on lui présentait la petite sœur de mère St Colas, une blondinette de