Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE VOYAGE BLANC


Il neigeait à plein temps… De la grande neige humide, inégale et planeuse, et qui se posait sans bruit, comme des chiffons de laine. On ne voyait qu’elle, elle emplissait toute la campagne silencieuse… Oh ! la belle pluie blanche qui ne cessait pas ! La terre aura un manteau splendide, ce soir.

La traîne à bâtons de monsieur Clément filait comme une flèche, sous les flocons mous, et quoique l’air fût seulement très frais, il s’inquiéta, M. Clément, et se penchant vers sa compagne :

— Au moins, Annette, demanda-t-il, as-tu assez chaud ?

— Oui, papa, fit une petite voix bien sage, qui ajouta presque aussitôt, plus rieuse : — Je re-