Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
96
CONTES D’HIER

gardais la neige… C’est beau ! Cela me faisait penser à la Messe de minuit et puis au Jour de l’an…

Était-elle gentille !… Le père sourit de fierté mais en détournant la tête, pour ne pas donner d’orgueil à la petite. Après quoi il se remit à interroger :

— Trouves-tu que c’est beau la campagne ?

— Oh oui !

— Et tu ne t’ennuierais pas un petit peu s’il te fallait y demeurer toujours ?

— Non papa. Non, bien sûr !

— Tu ferais bien, Annette. Ta mère y a passé toute sa jeunesse, elle, et après son mariage, l’a-t-elle regrettée, bon Dieu ! Sans le dire elle n’a jamais pu s’habituer à notre petit village, « où il y a trop de monde, disait-elle, où l’on devient frivole. »

M. Clément prit un air malheureux et se mit à soupirer.

— D’ailleurs, reprit-il, ce ne serait que le temps des vacances : trois mois de pension que je ne