Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
99
LE VOYAGE BLANC

— Il y a eu de là mortalité chez le patron, reprit-il plus sérieusement, et comme la boutique est fermée aujourd’hui, je me suis dit : « Ça tombe bien, moi qui avais affaire chez le notaire ! » Comme la petite est en vacances je l’ai amenée avec moi, pour lui faire prendre l’air, un brin. On a voulu vous dire un petit bonjour en passant… La mère n’est pas malade ?…

— Non, elle est assez bien, merci. Mais elle s’installe toujours en haut, quand elle pique ses couvre-pieds, parce qu’il y a plus de lumière. Je vais l’appeler… Et s’approchant du large escalier droit, elle cria, en levant la tête :

— Clément qui nous arrive avec sa petite fille, venez-vous les voir ?…

Ils vinrent tous les cinq, les quatre petits garçons et leur grand’mère ; celle-ci, une grande brune comme sa fille, bien conservée, seulement un peu trop maigre et trop raide. Elle souhaita la bienvenue à son gendre, demanda poliment s’il avait dîné, dit deux mots du temps, et prenant Annette par la main, elle alla s’asseoir dans son grand fauteuil rembourré et là, ne s’occupa plus