Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
101
LE VOYAGE BLANC

— Il y en a à qui cela ne va pas mal, répliqua grand’mère. L’oncle Philippe approuva.

— D’autant plus, dit-il, que la petite a de qui tenir. Sa mère d’abord, qui n’était ni grande, ni grosse, et dont elle est tout le portrait. Et puis, vous-même, Clément, c’est tout juste si vous dépassez la moyenne.

M. Clément dit oui, et se mit à regarder sa petite enfant, tout attendri. « Ils ont raison, se dit-il, c’est son portrait vivant. Elle aussi elle avait les cheveux en pointe au milieu du front, et la bouche longue, le menton menu, avec les pommettes larges, comme tous ceux de sa famille. Il n’y a que la couleur des yeux qui soit mienne ! » Quand on eut bu le cidre, Armand qui n’avait pas quitté sa petite cousine, fut envoyé en commission par sa mère. Les petits ne tardèrent pas à s’en aller à leurs jouets. Ainsi délaissée, Annette ne s’effraya point de sa solitude, y étant accoutumée. Elle allongea ses bras maigrelets sur les appuis de sa chaise, abandonna sa tête sur le dossier, et se mit à la faire bercer doucement, en s’amusant de toutes les pensées qui lui