Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
112
CONTES D’HIER

— Oh ! papa, merci ! J’aime ça des beaux voyages dans le blanc, comme celui-ci. De beaux voyages blancs !… Mais au lieu de sourire à sa joie, ainsi qu’elle l’avait espéré, M. Clément baissa la tête, et répéta, accablé :

— Un voyage blanc !

À quelque temps de là, un soir de froid noir, M. Clément fit une belle toilette, mit son pardessus de chat et vint sonner à la porte du couvent. À la religieuse qui lui ouvrit, il demanda la petite Annette.

Ils causèrent longtemps dans le parloir tiède et tranquille. M. Clément disait :

— C’est après-demain le Jour de l’an. N’oublie pas, Annette, d’avertir les bonnes sœurs que je viendrai te chercher à dix heures. Nous n’avons pas de parents en grand nombre, mais les amis ne nous font pas défaut, Dieu merci ! Nous irons les visiter.

La petite se montra très affectueuse, mais un peu distraite. Au moment de partir, tandis qu’elle reconduisait son père jusqu’à la porte du