Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
113
LE VOYAGE BLANC

vestibule, elle se troubla au point que le sang afflua à ses joues pâlottes. Alors, sans lâcher le doigt qu’elle tenait dans ses petites mains, elle expliqua :

— Tu te rappelles, papa, que je t’avais demandé pour étrennes, une grosse poupée ? J’ai changé d’idée. J’aimerais mieux un livre, ou bien un médaillon creux, dans lequel je mettrais le portrait de maman. Parce que les poupées… Je les aimais bien, oui… Dans une élan, elle leva vers son père ses grands yeux bleus, qui n’étaient pas ceux d’un enfant :

— Je les aimais bien… Mais maintenant, vois-tu, je suis trop vieille !…