Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
150
CONTES D’HIER

Tout à coup, Lucien quitte sa fenêtre avec un cri de joie qui fait se retourner tout le monde. Je le vois encore, l’infâme, qui s’avance, l’index levé, ses lèvres humides entr’ouvertes par un sourire, étonné et rayonnant, comme une douce victime qui va enfin prendre sa revanche :

— Je pense que je commence à me rappeler, fait-il. C’était pas un Jour de l’an ?