Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
LE SECRET DE JEANNINE

Tu raconteras à maman comment le ’tit Jésus m’a dit ça. Et tout de suite elle demanda : « Madame Challau ? »

— Elle est sortie dit la maman, les lèvres blanches, elle va ramener le docteur.

— Pas besoin ! fit lentement la petite voix épuisée. Et s’adressant encore à Loulou, elle ajouta :

— Je m’en vais au bon Dieu, as-tu des commissions ?

— Oui, fit la grosse voix enfantine.

— Qu’est-ce que c’est ? Mais le bébé ne sut pas dire, ou bien il fut effrayé de sentir la mort toute proche, et lâchant son petit âne, il se mit à pleurer. Alors la pauvrette demanda son chapelet et toutes ses statues, et dit à sa mère de faire des prières. Celle-ci obéit, et tout-à-coup, Jeannine recommença à pâlir. « Maman, ma… » Ce furent ses dernières paroles. Ses petites mains diaphanes se levèrent un instant, comme des ailes et retombèrent aussitôt. Jeannine avait fini de vivre.

Sa mère se leva et dit tout haut : « C’est fait ! » Puis, avec des mouvements très libres, elle abaissa