Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
33
LES LILAS

Bientôt, la religieuse chargée de l’entretien de la chapelle, dont elle entendait depuis un instant le va-et-vient dans la sacristie, apparut, portant dans chaque main, un bouquet de lilas. Encore ! Les élèves s’ingéniaient à en offrir de plus en plus.

— « Mère, maman vous envoie des lilas pour la chapelle ! » Claire regarda quelque temps les belles grappes de couleur tendre, encore frémissantes de la course et qui se balançaient au-dessus du vase de cristal, puis ses yeux se reportèrent sur la religieuse occupée à quelques menus arrangements dans le sanctuaire. Elle avait les manches relevées, un tablier d’indienne rayée par-dessus sa robe noire, et s’agitait silencieusement autour de l’autel, dérangeant les fleurs, replaçant la nappe… Claire, attendrie, suivait chacun de ses mouvements, et l’enviait tout bas. Tout à coup, la religieuse s’approcha de la Table de Communion, et se penchant, essaya de voir l’horloge. Machinalement, la jeune fille regarda aussi. Plus que trois minutes ! Elle ne pouvait le croire, et soupira de regret, en faisant glisser son chapelet, du creux de la main, dans l’étui de maroquin rouge, pour se retirer ensuite.

Désormais, Claire revint autant qu’elle le put,