Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
75
PAGES DE JOURNAL

par fol plaisir à enfoncer ses petits pieds dans les empreintes faites par les sabots des chevaux dans la boue molle, et que le gel avait figées. Elle disparut de mes yeux comme il se levait une grande vague de vent qui souleva les feuilles mortes en tourbillon et fit gémir les pauvres grands arbres demi-nus.

Un autre bon souvenir est celui-ci : une avant-midi, comme Marie-Anne voulait un peu de paix pour endormir le bébé, je réunis les enfants autour de moi, près de la table où j’étais en train de repasser, et leur commençai une histoire. Oh ! pas très intéressante, la première qui voulut bien se présenter à mon esprit en déroute. Il pleuvait dehors. Lentement, le chemin se changeait en cloaque, des flaques d’eau apparaissaient un peu partout ; nous en avions pour toute la journée de ce temps gris. Je l’entendais l’insipide pluie d’automne qui tambourinait sans trêve sur la toiture de bardeaux, je la voyais s’enfoncer obliquement dans la terre comme de longues aiguilles brillantes, ou venir s’écraser en larmes pâles sur les vitres. Il faisait bon dans la maison, il faisait chaud… Le fer brûlant glissait sans