Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
80
CONTES D’HIER

la curiosité qui monte en elle. Elle meurt d’envie de le savoir… Mais alors, il lui faudrait s’approcher et au lieu d’entrer paisiblement dans la salle, traverser la zone lumineuse de la porte ; si on allait la reconnaître, la déclarer ? Mais elle est comme obligée de savoir ! Il n’y a donc qu’à avancer d’un pas tranquille, les yeux fixés au loin, de manière à faire croire que quelqu’un l’appelle, au bout du passage.

Un instant, c’est une confuse apparition de petites filles qui jouent, courent, se promènent, grandes poupées en mouvement, dans le tumulte des voix, et puis ouf ! c’est fait… La voilà maintenant plus proche… Elle ne s’était pas trompée, on cause… La voix légère de mère Ste Marie-Délice alterne avec une autre plus sonore et d’un bon poids : celle de M. l’Aumônier, le nouveau qui vient dire la messe depuis lundi. De quoi peuvent-ils bien parler ? Toinette est trop loin encore et puis dans la crainte d’être surprise, son cœur bat vite, vite, et on dirait que le sang lancé avec force jusqu’à ses oreilles, trouble son ouïe. Elle fait donc quelques pas encore ; et l’épaule collée au mur, le cou tendu, elle écoute de toute son âme…