Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
81
LES FINISSANTES

— Et puisque tel est le désir de ma sœur Supérieure, disait la voix de mère Ste Marie, je vais donc vous amener mes Finissantes. Voici, en attendant, la liste des noms, avec les âges. Veuillez m’excuser un instant !

Un pas rapide, et avant que Toinette ait eu le temps de se ressaisir, la maîtresse de la première classe, celle qui est toute menue, toute blanche, et qui a un nom si singulier, est là devant l’enfant, aussi surprise que la coupable elle-même.

— Oh ! Oh ! Je vous y prends, Toinette. Vous écoutez aux portes ? Joli métier, ma petite. Je crois bien que c’était le seul défaut que vous ne possédiez pas encore !

Et M. l’Aumônier qui entend ! Toinette a extrêmement honte, elle voudrait disparaître sous terre et sent que les larmes vont venir. Mère le comprend sans doute, car elle pose un doigt sur la tête de la fillette et pèse fort en disant, d’un ton très indulgent :

— Ah ! notre pauvre Toinette, est-il donc écrit que nous ne pourrons jamais lui mettre un peu